Greffe du cartillage marseille par mosaïcplastie

Chirurgie du cartilage


Greffe du cartilage par mosaïcplastie

Information préopératoire

Qu'est-ce qu'une greffe de cartilage par mosaïcplastie ?

Le cartilage recouvre les surfaces osseuses dans les articulations. Il ne se régénère pas ou quasiment pas. Sa dégradation provoque des douleurs et conduit à long terme à de l’arthrose. En cas de perte de substance limitée, il est possible de réaliser un comblement du cartilage. Celui-ci est prélevé sur une zone saine non portante avec la partie osseuse correspondante sous forme de petit cylindre. Il est ensuite greffé pour combler la perte de substance.

En accord avec votre chirurgien orthopédiste et selon la balance bénéfice-risque il vous a été proposé une greffe de cartilage par mosaïcplastie. Le chirurgien vous a expliqué les autres alternatives conservatrices ( microperforations de Pridie, membrane conductrice type AMIC, greffe de chondrocytes, allogreffe de cartilage, ostéotomie de réaxation) et non conservatrices prothétiques... Il va de soi que votre chirurgien pourra, le cas échéant en fonction des découvertes préopératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre de ces techniques conservatrice jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique et traiter une autre lésion découverte associée.

Pour préparer l'intervention de greffe de cartilage

Le diagnostic est précisé à l’aide de différents examens comme l’IRM et/ou l’arthroscanner. Ils permettent de visualiser la perte de substance cartilagineuse et d’en définir le siège et la taille notions très importantes pour la décision chirurgicale et le choix de la technique opératoire.

Le risque de survenue d'une infection post-opératoire est exceptionnel mais n'est jamais nul, il augmente en cas d’immunodépression (diabète, surcharge pondérale, tabagisme, insuffisance hépatique, maladie du sang, etc…). Afin de ne pas augmenter ce risque, certaines précautions doivent être prises, aussi bien par vous que par l'équipe chirurgicale.

Le sevrage tabagique devra être complet et effectif 1 mois avant l’intervention et s’il n’est pas définitivement acquis prolongé au minimum 6 mois après l’intervention.

En cas de symptômes d'une infection évolutive, vous devrez prévenir votre chirurgien et vos médecins afin qu'une antibiothérapie adaptée soit éventuellement prescrite et que l'intervention soit différée.

Si vous êtes diabétique, l'hémoglobine glyquée devra être proche de la normale, c'est un bon marqueur de l'équilibration de votre diabète (votre médecin traitant et le diabétologue sont les meilleurs garants de votre suivi).

La veille et le matin de l'intervention, vous devrez prendre une douche avec un produit à base de savon chirurgical ou de désinfectant (bétadine/hibiscrub). Eventuellement, le site opératoire sera dépilé par une crème dépilatoire ou une tondeuse (le rasage est déconseillé). Il vous faut éviter toutes plaies ou excoriations cutanées en regard du genou à opérer.

Au moment de l'intervention, le médecin anesthésiste administrera une antibiothérapie dite « prophylactique ». N'oubliez pas au moment de la visite chez le médecin anesthésiste de lui faire part de vos éventuelles allergies aux antibiotiques et de tout autres types d’allergie.

L'acte chirurgical

L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale, rachianesthésie ou loco-régionale, le plus souvent sous arthroscopie.

L’incision est centrée sur la lésion cartilagineuse et peut être de taille variable selon les cas.

La lésion est ensuite visualisée et mesurée. Le prélèvement du ou des cylindres ostéo-cartilagineux est réalisé en zone non portante sur la périphérie de l’articulation.

Cette greffe qui comporte une partie osseuse et une partie cartilagineuse est ensuite placée au niveau de la perte de substance préalablement préparée.

Selon la taille de la lésion, plusieurs greffons peuvent être prélevés et greffés.

Les suites opératoires  

Après l’intervention, votre chirurgien autorisera votre sortie de l’hôpital avec les ordonnances de soins nécessaires (pansements, antalgiques, anticoagulants, kinésithérapie) et un arrêt de travail. Les pansements stériles devront être réalisés par une infirmière diplômée d’état.

L’appui complet ou partiel sera autorisé au choix de votre chirurgien orthopediste selon la stabilité de la zone greffée. Une attelle de genou vous sera prescrite en post-opératoire. La rééducation sera débutée d’emblée pour prévenir l’amyotrophie d’immobilisation et pour récupérer les amplitudes articulaires, selon la stabilité de la zone greffée votre chirurgien décidera de limiter pendant le premier mois la flexion à 90° ou d’autoriser la récupération immédiate de la flexion maximale. Un traitement anticoagulant vous sera prescrit pour une période de 4 à 6 semaines. La conduite automobile sera possible à la 6em semaine. La reprise des sports sera différée de plusieurs mois.

Complications 

Les plus fréquentes

Comme toute chirurgie, il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical. Une phlébite peut survenir en dépit du traitement anticoagulant.

Plus rarement

L’infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est interdit de fumer, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d'infection ou de complications cutanées. Le sevrage tabagique doit être obtenu 1 mois avant l’opération et s’il n’est pas définitif au minimum prolongé les 6 mois suivants l’intervention.

L’algodystrophie : phénomène rhumatismal douloureux et inflammatoire encore mal compris, elle est traitée médicalement par un Rhumatologue et peut durer plusieurs mois. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

La phlébite : elle peut survenir en dépit du traitement anticoagulant. Il s’agit d’un caillot qui se forme dans les veines des jambes, celui-ci peut migrer et entrainer une embolie pulmonaire. Un traitement anticoagulant est prescrit en prévention.

Il y a des risques liés à l’anesthésie qui vous ont été notifiés par votre chirurgien mais réexpliqués en détail lors de la consultation d’anesthésie préalable à l’intervention.

La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique.

Qu'attendre de la chirurgie du cartilage

La technique de greffe par mosaïcplastie est une technique permettant de traiter des lésions de défect cartilagineux de taille moyenne en général de taille < 2cm2. Le résultat attendu est l’amélioration, voire la disparition des douleurs ou des craquements, de prévenir ou de retarder le développement de l’arthrose.

En résumé 

La greffe de cartilage du genou par technique mosaïcplastie est un geste indiqué dans les lésions cartilagineuses. Il est réalisé en un temps. Il existe peu de complications mais les suites postopératoires sont contraignantes. La récupération après chirurgie nécessite plusieurs mois. La reprise des sports doit être progressive et réalisée sous contrôle médical en respectant les délais donnés par votre chirurgien.  

Prendre rendez-vous

Pour prendre rendez-vous avec le docteur Nicolas MORIN-SALVO cliquez ci-dessous :

Pour prendre rendez-vous avec le docteur Jean-Marc SOBLER cliquez ci-dessous :

institut du sport et de l'arthrose

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales