Ostéotomie de transposition de la tubérosité tibiale antérieure


Ostéotomie de transposition de la tubérosité tibiale antérieure

Information préopératoire

De quoi s'agit-il ?

La rotule via le tendon rotulien s’amarre sur le tibia sur un relief osseux appelé Tubérosité Tibiale Antérieure (TTA). Lors d’une instabilité potentielle de rotule (douleur sans luxation sur anomalies anatomiques diagnostiquées à l’imagerie, subluxation) ou objective de rotule (luxation), il peut exister une anomalie morphologique et cinématique de ce binôme Rotule-TTA.

Pour stabiliser la rotule, il est donc possible de corriger cette anomalie en pratiquant une ostéotomie de la tubérosité tibiale antérieure et de transposer plus bas et/ou plus médialement sur le tibia cette entité baguette osseuse et appareil extenseur fixé dessus corrigeant ainsi la course rotulienne dans son articulation avec le fémur. C’est l’ostéotomie de transposition de la TTA.

Il s’agit donc d’une technique chirurgicale utilisée dans l’instabilité ou la luxation rotulienne. Attention cette technique n’est pas employée pour les syndromes douloureux rotuliens primitifs où il n’existe pas d’anomalie morphologique osseuse de l’appareil extenseur et dont le traitement est médico-rééducatif et non chirurgical.

Cette ostéotomie de transposition de la TTA est parfois associée à d’autres gestes lors de la chirurgie tels une reconstruction du ligament fémoro-patellaire médial (MPFL) fréquemment, plus rarement une ostéoplastie de creusement ou d’élévation de la trochlée fémorale dit trochléoplastie en cas d’anomalie morphologique importante de cette surface articulaire versant fémoral, une section de l’aileron rotulien externe en cas de bascule excessive de la rotule, ou encore une ténoraphie de raccourcissement-fixation du tendon rotulien en cas de tendon rotulien trop long.

En accord avec votre chirurgien et selon la balance bénéfice-risque, il vous a été proposé une ostéotomie de transposition de la tubérosité tibiale antérieure. Le chirurgien vous a expliqué les autres alternatives. Il va de soi que votre chirurgien pourra, le cas échéant et en fonction des découvertes peropératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

Pour préparer l'intervention 

Un bilan d’imagerie sera réalisé par votre chirurgien à la recherche des facteurs favorisants la luxation rotulienne. Il s’agit en général de radiographies standard avec une télémétrie des axes des membres inférieurs et d’un scanner des TAGT voir d’une IRM du genou complémentaire.

Le sevrage tabagique total devra être effectif avant l’intervention et se prolongé au moins 6 mois. La veille et le matin de l'intervention, vous devrez prendre une douche avec un produit à base de savon chirurgical ou de désinfectant (bétadine/hibiscrub). Eventuellement, le site opératoire sera dépilé par une crème dépilatoire ou une tondeuse (le rasage est déconseillé). Il vous faut éviter toutes plaies ou excoriations cutanées en regard du genou à opérer.

L'acte chirurgical

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale. Une incision cutanée antérieure est réalisée, la tubérosité osseuse tibiale antérieure est repérée ainsi que l’ensemble tendon rotulien inséré dessus, la tubérosité tibiale antérieure est relevée en baguette osseuse par une ostéotomie à la scie oscillante, le tendon rotulien est libéré médialement et latéralement de ses adhérences et tout ce bloc os-tendon est refixé par vis sur le tibia soit plus bas si l’anomalie morphologique préopératoire était une rotule trop haute (2 vis) et/ou soit plus médialement si la TTA était trop latéralisée (1 vis si médialisation simple sans abaissement).

Ce geste peut être associé à d’autres gestes chirurgicaux réalisés pour stabiliser la rotule selon les anomalies morphologiques diagnostiquées au préalable (plastie du MPFL, trochléoplastie, section de l’aileron rotulien externe, ténoraphie du tendon d’achille...).

Cliquez sur l'image Cliquez sur l'image

Les suites opératoires

L’appui est interdit durant les 45 premiers jours la déambulation se faisant avec des béquilles. Une attelle du genou doit être portée dans le but également de ne pas risquer d’arracher la tubérosité tibiale refixée simplement par vis et donc fragile le temps de la consolidation osseuse. La rééducation commence immédiatement mais avec grande précaution dans le but de maintenir la flexion et l’extension de votre genou. La flexion est cependant toujours limitée à 90° de flexion les 6 premières semaines. Cette opération se fait généralement au cours d’une courte hospitalisation.

A votre retour à domicile des médicaments antalgiques et une anticoagulation vont seront prescrits. Les pansements stériles devront être réalisés par une infirmière diplômée d’état. La reprise partielle de l’appui autorisée par votre chirurgien se fait à partir de la 6em semaine puis la marche en appui complet est autorisée par votre chirurgien dès lors que l’ostéotomie osseuse a consolidé généralement aux alentours du 3em mois révolu.

Complications

Il existe des complications spécifiques mais rares voir exceptionnelles telles :

Une fracture du tibia sous le site de prélèvement de la TTA, une fracture de la TTA elle-même ou son arrachement est possible en cas de traumatisme ou de non respect des consignes post-opératoires. Ces complications nécessitent une reprise chirurgicale.

La non-consolidation osseuse de la TTA (pseudarthrose) est également une complication possible en cas de non respect des consignes, de tabagisme non sevré ou d’infection. Egalement cette complication nécessite une reprise chirurgicale.

Une lésion nerveuse ou de l’artère poplité ne peut être considérée comme nulle comme dans toute chirurgie du genou.

L’infection profonde est une complication très rare. Elle peut nécessiter une nouvelle intervention et la prescription d’un traitement antibiotique prolongé. Il vous est interdit de fumer, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d'infection ou de complications cutanées. Le sevrage tabagique doit être obtenu 1 mois avant l’opération et s’il n’est pas définitif au minimum prolongé les 6 mois suivants l’intervention. La non-consolidation de l’ostéotomie au-delà de 6 mois (pseudarthrose) (sevrage tabagique non suivi, infection, etc…) peut nécessiter une nouvelle opération.

Il existe des complications aspécifiques telles une thrombose veineuse profonde dit phlébite, un hématome qui nécessite exceptionnellement une ponction ou un drainage chirurgical, une raideur de genou par défaut de rééducation, une algodystrophie, …

Il y a des risques liés à l’anesthésie qui vous ont été notifiés par votre chirurgien mais réexpliqués précisément lors de la consultation d’anesthésie préalable à l’intervention.

Toutes ces complications spécifiques de ce type de chirurgie ou non spécifiques potentiellement rencontrées pour tout acte chirurgical vous seront expliquées en détail lors de la consultation. Cependant cette liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle qu’elle soit bégnine ou grave peut survenir.

Qu'attendre de cette chirurgie ?

La cicatrisation cutanée est obtenue après 15 jours mais la consolidation osseuse prend 3 à 4 mois. La reprise de la montée/descente des escaliers et des activités sportives ne sera possible qu’après accord de votre chirurgien. Le résultat attendu est une amélioration des douleurs dans un délai de quelques semaines et l’absence de récidive de la luxation.  

En résumé

L’ostéotomie de transposition de la tubérosité tibiale antérieure du genou est un geste chirurgical réalisé dans le traitement de l’instabilité rotulienne. La récupération après chirurgie est lente et nécessite une grande prudence et le respect strict des consignes post-opératoires. La chirurgie est souvent associée à d’autres gestes chirurgicaux. La reprise des sports doit être progressive et réalisée sous contrôle médical en respectant les délais donnés par votre chirurgien.

Prendre rendez-vous

Pour prendre rendez-vous avec le docteur Nicolas MORIN-SALVO cliquez ci-dessous :

Pour prendre rendez-vous avec le docteur Jean-Marc SOBLER cliquez ci-dessous :

institut du sport et de l'arthrose

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales