Synovectomie du genou sous Arthroscopie


Synovectomie du genou sous Arthroscopie

Information préopératoire

De quoi s'agit-il ?

La membrane synoviale est un tissu qui tapisse la capsule articulaire et qui sécrète un liquide : le liquide synovial. Ses rôles sont multiples : lubrification, nutrition, protection du cartilage et de l’articulation. La synoviale peut augmenter de volume dans de nombreux cas : traumatisme, pathologie inflammatoires ou infectieuses. La synoviale s’épaissit alors et est très douloureuse. Dans le cas des arthrites de genou d’origine inflammatoires (par exemple synovite villonodulaire, chondrocalcinose...) ou infectieuses, il peut être nécessaire d’enlever la synoviale : c’est la synovectomie.

En accord avec votre chirurgien et selon la balance bénéfice-risque, il vous a été proposé une synovectomie du genou par arthroscopie. Le chirurgien vous a expliqué les autres alternatives. Il va de soi que votre chirurgien pourra, le cas échéant et en fonction des découvertes peropératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

Cliquez sur l'image

Le chirurgien vous a expliqué les autres alternatives. Il va de soi que votre chirurgien pourra, le cas échéant et en fonction des découvertes peropératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

POUR PRéPARER L’INTERVENTION

Le diagnostic est précisé à l’aide de différents examens comme les radiographies et l’IRM. D’autres examens comme le scanner ou l’arthroscanner peuvent être nécessaires. Ces examens permettent également de préciser la zone de la synoviale touchée et permettre ainsi de programmer le geste chirurgical. Par la suite au cours du suivi, de nouveaux examens peuvent être demandées afin de suivre l’évolution de la synoviale.

Le risque de survenue d'une infection post-opératoire est exceptionnel mais n'est jamais nul, il augmente en cas d’immunodépression (diabète, surcharge pondérale, tabagisme, insuffisance hépatique, maladie du sang, etc…).

Le sevrage tabagique devra être complet et effectif 1 mois avant l’intervention et s’il n’est pas définitivement acquis prolongé au minimum 6 mois après l’intervention.

La veille et le matin de l'intervention, vous devrez prendre une douche avec un produit à base de savon chirurgical ou de désinfectant (bétadine/hibiscrub). Eventuellement, le site opératoire sera dépilé par une crème dépilatoire ou une tondeuse (le rasage est déconseillé). Il vous faut éviter toutes plaies ou excoriations cutanées en regard du genou à opérer.

L’ACTE CHIRURGICALE

L’intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale. Une ou plusieurs incisions de quelques millimètres sont réalisées afin d’enlever le tissu synovial atteint. En général, l’arthroscopie (chirurgie avec caméra) est utilisée et mise en place par une incision externe et une autre incision interne permet de mettre en place les instruments nécessaires au geste.

Des prélèvements du tissu synovial sont envoyés en analyse en laboratoire afin de confirmer le diagnostic. Le tissu synovial est enlevé autant que possible à l’aide d’un instrument aspirant le tissu. En fin d’intervention, un drain peut être laissé en place dans le genou afin d’évacuer l’hématome.

LES SUITES OPéRATOIRES

Après l’intervention, votre chirurgien autorisera votre sortie de l’hôpital avec les ordonnances de soins nécessaires (pansement, antalgiques, anticoagulants, kinésithérapie) et un arrêt de travail. Les pansements stériles devront être réalisés par une infirmière diplômée d’état.

Le lever est autorisé dès le premier jour après l’opération en appui complet, avec des béquilles, une attelle amovible de genou n’est pas systématique. La rééducation précoce est démarrée immédiatement. Cette intervention pouvant être hémorragique, le traitement anticoagulant contre la phlébite n’est pas systématique. La durée d’hospitalisation sera courte. La conduite automobile est reprise à partir d’un mois, l’arrêt de travail dure environ 6 semaines et la reprise des sports quant à elle est différée à 3 mois. Ces délais vous sont donnés à titre indicatif et seront adaptés par le chirurgien au fil des consultations de suivi.

Complications

Les plus fréquentes

Comme toute chirurgie, il existe un risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical. La phlébite peut survenir en dépit d’un éventuel traitement anticoagulant. Il s’agit d’un caillot qui se forme dans les veines des jambes, celui-ci pouvant migrer et entrainer une embolie pulmonaire.

Plus rarement

La cicatrisation des tissus dans le genou peut créer des adhérences qui vont limiter la flexion et engendrer une raideur.

L’algodystrophie est un phénomène rhumatismal douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement par un Rhumatologue et peut durer plusieurs mois (voire parfois des années). Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.

L’infection profonde est une complication très rare. Elle peut nécessiter une nouvelle intervention et la prescription d’un traitement antibiotique prolongé. Il vous est interdit de fumer, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d'infection ou de complications cutanées. Le sevrage tabagique doit être obtenu 1 mois avant l’opération et s’il n’est pas définitif au minimum prolongé les 6 mois suivants l’intervention.

Une nouvelle inflammation synoviale ou une nouvelle synovite villo-nodulaire peut récidiver à distance et nécessiter une nouvelle prise en charge pluridisciplinaire rhumathologique et chirurgicale. La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir.

Qu'attendre de cette chirurgie ?

La cicatrisation cutanée est obtenue après 15 jours et la cicatrisation profonde après plusieurs semaines. La reprise des activités sportives est possible après un délai de quelques mois, qui vous sera précisé par votre chirurgien.

La récidive est rare mais est possible. Un suivi clinique et paraclinique sera effectué en consultation selon les cas. Ces pathologies synoviales ne sont pas anodines et ne doivent pas être négligées car elles peuvent cacher des pathologies tumorales cancéreuses ou des pathologies infectieuses graves. Une prise en charge pluridisciplinaire doit être réalisée.

En résumé

La synovectomie par arthroscopie est un geste chirurgical nécessitant une surveillance postopératoire. La récupération après chirurgie est plus rapide grâce à l’arthroscopie mais la synovectomie n’est pas toujours possible uniquement par arthroscopie. Ce geste nécessite toutefois quelques semaines de kinésithérapie. L’amélioration est significative après un délai de quelques semaines. La reprise des sports doit être progressive et réalisée sous contrôle médical en respectant les délais donnés par votre chirurgien.

Prendre rendez-vous

Pour prendre rendez-vous avec le docteur Nicolas MORIN-SALVO cliquez ci-dessous :

Pour prendre rendez-vous avec le docteur Jean-Marc SOBLER cliquez ci-dessous :

institut du sport et de l'arthrose

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales